Initiatives Plurielles

Justice et société

« Nous vivons une véritable révolution anthropologique. La question de la place faite aux femmes devient cruciale ; les avancées se succèdent les unes aux autres. Un sentiment d’urgence traverse nos sociétés, que ce soit dans le domaine politique, littéraire, artistique.
Forts de cet autre regard, on réécrit le passé, on se mobilise pour le présent, on invente l’avenir… avec des excès et des outrances bien sûr, et les risques qui en découlent.
Face à cette mobilisation générale, la justice parait bien timide ; le droit parait bien rigide et une fois de plus, à la remorque de l’évolution des mœurs ? Comment comprendre cette prudence face à la redéfinition du viol, face à l’inscription de la notion de consentement dans la loi ? Pourquoi nos dispositifs de protection sont-ils encore si peu efficients, comparés à ceux d’autres pays, comme l’Espagne avant-gardiste en la
matière ? »

Au cœur des évolutions brûlantes de la société, objet de débats parfois délibérément tonitruants à l’image de MeeToo, et de réactions tout aussi excessives, la problématique des violences et agressions sexuelles subies notamment par les femmes émerge d’un long silence et envahit l’espace public. Au-delà du sensationnel relayé parfois sans nuance par les médias, quels sont les repères sur lesquels s’appuyer pour appréhender cette réalité complexe et douloureuse ?

Quelles sont aujourd’hui, en 2024, face au crime comme face aux tout nouvellement créées « violences sexistes » les réponses apportées par nos institutions ?

La justice est en première ligne, focalisant les espoirs des victimes trop longtemps négligées, à la fois décriée par les mouvements féministes déçus par sa lenteur et par un sentiment d’impunité des agresseurs, que par les auteurs présumés, bien souvent des hommes, qui s’estiment trop souvent mis en cause. La création, au cœur de l’actualité, de juridictions spécialisées, permettra-t-elle à la justice des réponses rapides et adaptées, conformes toutefois au principe intangible de la présomption d’innocence ?

Intervenante : Élisabeth CHAUVET – Magistrate honoraire – Ex-Juge des enfants et Juge des Libertés et de la Détention

Durée du cycle : 2 conférences participatives de 2h à La Gerbe